Derniers sujets

Visite le 17 sur la ferme Montplaisir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Visite le 17 sur la ferme Montplaisir

Message par jean luc le Mar 22 Mai 2012, 13:42

En introduction aux comptes-rendus des visites :
- le mois de Mai, les jours fériés, les ponts et les élections
- les dates prises qui ne dépendent pas de nous (exemple le 20 Mai)
- pour les éleveurs : les foins fin Mai et Juin !!
Il n’y avait donc aucune date idéale, qui puisse correspondre à tout le monde.


Jeudi 17 Mai, le matin, un vent d’Autan assez … désagréable.
Comme chaque fois, nous sommes accueillis par Bart et Bérangère de façon très agréable.

L’exploitation « Montplaisir » : 44 hectares au total, dont 17 en propriété. (prairies pour pacage et foin, culture des céréales pour les animaux).
25 vaches mères, race Gasconne, de plus en plus de Limousine (choix entre rusticité, qualité-goût de la viande).
Un bâtiment fonctionnel avec cornadis, couloir de contention.


L’essentiel des animaux est vendu en vente directe, mais pas tout, hélas, encore partent par les grossistes.
Vente : du veau, de la jeune vache. Le bœuf va être abandonné (grosse contrainte car engraissé 3 ans et au final, peu de différence de goût).
Précisions: l'élevage des animaux se fait sans aucun traitement ni vaccin.
L’exploitation risque à terme de baisser en surface mais le choix est orienté vers plus de vente directe et diversité, autres ateliers : le porc, déjà démarré sur la ferme et des brebis pour les agneaux, de l'accueil à la ferme et du miel (déjà en place).
Les porcs sont achetés petits et élevés en plein air (hélas, 1 vaccin à la naissance).
La nourriture : herbe en pacage, foin et du grain, cultivé sur place pour la finition des animaux. Le choix est fait, afin de favoriser la qualité, d’un engraissement plutôt lent (même si au final la quantité de grains consommée est la même).
Animaux très paisibles dans les prés:

La discussion porte beaucoup sur les motivations de Bart et Bérangère, le choix du Bio, de la vente directe, les relations avec le voisinage, le rôle des structures agricoles officielles qui favorisent plus l’agrandissement des exploitations existantes que de nouvelles installations.
Au cours du repas, ce sont essentiellement les relations avec l’ACPG qui furent abordées.
L’essentiel ? « Vu que le nombre de colis commandés baisse, comment réagir ».
• Peut-on lever le handicap des livraisons le Jeudi. De fait les personnes qui ne commandent pas, ne voit pas les producteurs. Face aux interrogations, un référent ne peut répondre à tout.
• Faire des colis plus variés ? plus petits ? plus adaptés à une demande de cuisine rapide et simple ?

Bart et Bérangère engagent une réflexion sur :
Venir les Mercredi, au moment de la commande (en général 3 semaines avant) : cela sera annoncé à tous, et aussi en mettant la livraison le Mercredi.
Expérimenter des « colis découvertes » : par exemple du veau, un assortiment de morceaux à griller plus merguez, saucisses saveur, chipolatas ; colis d’environ 2,5 kilos.
Faisable à condition que l’ensemble de la commande représente un abattage de veau (environ 80 kilos, donc au moins 30 colis).
Bart et Bérangère y réfléchissent, de notre côté l’ACPG doit aussi y penser.



  "manger bio ne suffit pas"

jean luc

Messages : 259
Date d'inscription : 16/09/2008
Age : 68
Localisation : Saverdun

http://echo-saverdun.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum